« Aménagement et nature » ou la patience du regard exigeant